Menu

Réorienter l'éducation en fonction de l'état de notre économie

Durée : 4min 12sec | Postée : 17/06/2016 | Chaîne : Autres vidéos
Partager | Exporter | Notez
Alors que de plus en plus de jeunes tournent dos à l’agriculture en raison de sa faible compétitivité, comment retenir les jeunes ruraux dans leurs localités d’origine ? La Société Agro Pastorale et de Services (SAPAS) basée à Loumbila à une vingtaine de kilomètres de Ouagadougou, parie sur la formation.

Depuis 2011, SAPAS offre à des jeunes ruraux généralement déscolarisés de façon précoce ou pas du tout scolarisés une formation de trois ans dénommée Certificat de Qualification Professionnelle (CQP) en agronomie, option fermier agricole. Objectif : préparer ces jeunes à devenir de véritables entrepreneurs agricoles dans leurs villages d’origine.
 
Paul Taryam Ilboudo, fondateur de la Société Agro-pastorale et de Services (SAPAS), est aussi le parrain d'Agribusiness TV. A l'occasion du lancement officiel de la webTV, nous avons effectué une visite dans sa ferme qui aussi office de centre de formation professionnelle.

Sa vision est on ne peut plus claire, "il faut réorienter fondamentalement l'éducation en fonction de l'état de notre économie", c'est-à-dire vers l'agriculture et l'élevage. De ce point de vue, Agribusiness TV est selon lui une initiative louable, parce qu'elle va permettre de "montrer aux politiques que c'est possible" de réussir dans l'agriculture et l'élevage.
 

 

paul_taryam_ilboudo.png Paul Taryam Ilboudo.png  (879.55 Ko)